Moulins

De WikiEnghien.
Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/a/a7/Cartemoulin.JPG': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/a/a7/Cartemoulin.JPG/300px-Cartemoulin.JPG' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.
Cliquer sur l'image pour agrandir
Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/4/49/Moulinvent.JPG': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/4/49/Moulinvent.JPG/300px-Moulinvent.JPG' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.
Cliquer sur l'image pour agrandir
Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/8/8a/Coupemoulin.JPG': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/8/8a/Coupemoulin.JPG/300px-Coupemoulin.JPG' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.
Coupe d'un moulin à vent - Cliquer sur l'image pour agrandir
Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/2/25/Moulinhoves.JPG': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/2/25/Moulinhoves.JPG/300px-Moulinhoves.JPG' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.
Situation du moulin de Hoves - Cliquer sur l'image pour agrandir
Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/1/1f/Moulindodane.JPG': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/1/1f/Moulindodane.JPG/300px-Moulindodane.JPG' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.
Le moulin de la Dodane - Cliquer sur l'image pour agrandir
Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/0/04/Moulineau.JPG': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/0/04/Moulineau.JPG/300px-Moulineau.JPG' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.
Un moulin de la vallée de la Marcq - Cliquer sur l'image pour agrandir

Sommaire

Le rôle économique de l'eau

Dans la région d'Enghien, le premier rôle à consonance économique de l'eau est bien entendu la … pêche!! En effet, la Marcq et son affluant l'Odru offraient de très nombreux poissons aux habitants de la cité mais également des revenus aux autorités de la ville par le biais des droits de pêche.

Dans la région, il y avait également les étangs. Ceux-ci étaient très intéressants pour l'élevage de poissons parce qu'ils offraient un rendement en argent par unité de surface du même ordre de grandeur que les rendements des prés. C'est pourquoi au moyen-âge, il n'est pas rare de voir les prairies être transformées en étangs et ce en fonction de la demande sur le marché du poisson. Avec la découverte de la force hydraulique, une autre activité économique se développe. Les moulins à eau font leur apparition et ce sont de vraies petites entreprises, bénéfiques pour tous, qui se développent. En effet, le seigneur y gagne de l'argent grâce aux loyers perçus, le meunier paie son loyer et vend sa farine et les citoyens peuvent manger à leur faim.


Moulins à eau/moulins à vent

Les moulins à eau sont apparus bien avant les moulins à vent. Ces moulins utilisant la force du vent étaient une solution nouvelle et techniquement plus évoluée.

Les moulins à eau étaient, fort logiquement regroupés le long des cours d'eau dans les vallées. C'est sur les berges de la Marcq et de ses affluents, tel que l'Odru, que les premiers moulins d'Enghien virent le jour. Les moulins à eau étaient installés à l'endroit de rétrécissement d'un vallon où le relief permettait d'aménager en amont un étang de retenue des eaux. Grâce à l'apparition des moulins à vent, des régions sans cours d'eau tel que Hoves, Petit-Enghien, Haute Croix (second hameau de Marcq) vont eux aussi voir apparaître des meuniers dans leur petit village. La présence de nombreuses collines y favorisent l'installation parfois précoce, de moulins à vent. (exemple: celui de Hoves fût peut-être installé vers 1200). La primeur que constitue leur apparition dans la région témoigne à la fois de la prospérité économique de la région ainsi que de la présence de puissants seigneurs.


Le moulin à vent de Hoves et ses meuniers

Depuis que l'homme a commencé à cultiver les terres, il a fallu moudre le grain. Les premières meules étaient des petites meules ménagères mais par la suite l'homme en utilisa des grandes actionnées par la force animale. Ce sont les francs qui construisirent dans nos régions les premiers moulins à eau. Par la suite, l'énergie éolienne fût également utilisée. Ces moulins à vent furent en premier construit par les seigneurs des villages où l'eau manquait. C'est sous le règne des seigneurs "de Hoves" que fût implanté le moulin du village. Celui-ci est cité pour la première fois en 1395. Le seigneur entretenait le moulin et mettait les installations ainsi qu'une maison à la disposition du meunier en échange d'une rente annuelle.

Le premier meunier de Hoves connu est Liévin le Maire ou Le Meyere, car à la frontière linguistique, les noms de famille étaient également traduits. Vont suivre dans les murs du moulin:

  • Joos de jonck
  • Martin du welz (échevin)
  • Jean oerens
  • Jean-baptiste orins
  • Jean de mel (qui était également meunier de Marcq)
  • Charles de mel…

En 1547 la seigneurie de Hoves arrive dans les mains des d'Andelot.

En 1583 le moulin fût brûlé par les confédérés de Bruxelles, révoltés contre leur roi Philippe II. Jean d'Andelot dût vendre des terres pour pouvoir acheter les pierres nécessaires à la reconstruction. Il acheta le moulin de Bonne-Espérance, acheta les meules à Namur. La difficulté financière était grande pour tous ces achats mais les difficultés de transports étaient encore plus énormes. En 1587 s'achève la reconstruction.

Mais tout ceci à pour conséquence que depuis cette époque une clause spéciale est rajoutée dans les baux. En effet, dorénavant c'est le meunier qui devra trouver les pièces nécessaires aux réparations mais celles-ci seront toujours à charge du seigneur. Au 18ème siècle, la seigneurie passe dans les mains des bonaventure. En 1765, une tempête occasionne la chute du moulin mais la reconstruction fût pour une fois très rapide. En 1779, le moulin s'est développé et est composé d'un moulin, d'une maison, d'une grange, d'écuries ainsi que de quelques lopins de terres.

Pendant les années qui suivirent, la seigneurie passe de mains en mains et avec elle le moulin aussi. En 1903, disparaît définitivement le moulin à vent de Hoves. En fait celui-ci aurait été démonté et reconstruit à Ruisbroek. En 1965, le moulin et ses dépendances reviennent à SAR Isabelle et SAR Engelbert de CROIJ. Mais un an plus tard, ceux-ci revendent les terres aux époux Goethals-Evenepoel qui sont des industriels à Oordegem. La ferme est vendue aux de Bissegem qui l'abattirent pour en faire des lotissements. Une villa est construite à la place de l'ancienne maison du meunier, il s'agit de la famille Lonck qui l'habite (pour ceux qui ne voient pas qui c'est, il s'agit de la femme de notre cher bleu rieur.)

Le moulin à vent de la Dodane

Le moulin à vent de la Dodane est le moulin des remparts, car situé à l'intérieur des remparts sur une butte à la jonction des fossés de la ville avec la rue du mont.

Il est impossible de dater l'apparition de ce moulin de manière exacte car trop d'archives traitant du sujet ont disparues. Les plus anciennes évocations de cet édifice datent de 1628. Mais ce moulin devait être beaucoup plus ancien.

Ce qui caractérisent les moulins à eau c'est leur caractère saisonnier car leur rendement dépendent de la suffisance d'eau. Ce qui caractérise les moulins à vent c'est leur fragilité face aux tempêtes. Le moulin de la Dodane n'échappe pas à cette caractéristique et fût à plusieurs reprises victimes des bourrasques de vent.

C'est ainsi qu'en 1628 on parle du "nouveau moulin" car l'ancien fût détruit lors de la fameuse tempête de 1606. En 1674, une nouvelle tempête s'abat sur la région, la foudre tombe sur le moulin et engendre des dégâts importants. Les réparations sont complexes et coûteuses, ce qui a pour conséquence que les seigneurs décident de mettre dans tout bail une clause tempête: "si le moulin est détruit, il revient à charge du meunier de le réparer dans les 3 mois."

En 1839, le moulin est détruit pour être rénové et reconstruit dans les mêmes dimensions.

En 1858, la végétation de plus en plus dense dans les environs directs du moulin empêche le bon fonctionnement de celui-ci! Le duc de l'époque décide de supprimer le moulin et de le transférer sur les terres près du moulin à eau de Marcq. Privé du moulin, il reste une butte. Ce site deviendra un immense réceptacle pour les décombres. Mais en 1898, la motte du moulin est nivelée dans le but d'y faire passer la ligne de chemin de fer reliant Enghien à Lens et Soignies.

Ainsi disparut, de si haut en si bas, le moulin qui tournait ses grands bras aux abords de la Dodane.


Le Bail

Les moulins sont propriétés des seigneurs de la ville. Ceux-ci sont loués à des meuniers. Les meuniers doivent payer une rente annuelle, cette rente était en partie en argent et en partie en nature. Cette partie en nature arrangeait bien le meunier car ses clients fermiers s'acquittaient aussi partiellement en nature. Les meuniers doivent parfois même respecter certaines clauses telles que:

  • D'abord moudre le grain du seigneur en toute priorité.
  • Quant aux réparations, les matériaux sont payés par le seigneur mais c'est le meunier qui doit se charger de les trouver et de les acheminer.

Les moulins sont donnés en location par adjudication publique qui est annoncée par une criée organisée par les services du seigneur (on peut donc s'imaginer le petit gars avec son tambour sur la grand place, sûrement près du chat, qui fait cette criée). Les meuniers se font connaître et se voient octroyés l'exploitation du ou des moulins pour une période donnée (le plus souvent 6 ans) et pour des sommes très importantes!

Souvent, plusieurs moulins se voient être octroyés au même meunier, ceci est presque obligatoire pour pouvoir palier le caractère saisonnier des moulins à eau avec des moulins à vent. C'est ainsi que parfois ce fût le même meunier qui occupait les moulins de Wyngaert, de la Dodane, de Marcq et le moulin à eau du pont.


Les moulins à eau de Wyngaert et du pont

La plus ancienne mention du moulin de Wyngaert date de 1370-1371. Quant au moulin du pont, il daterait de 1305. Ces deux moulins sont très proches, ils dépendent des mêmes éléments naturels (alimentés par l'Odru ainsi que par les bassins créés spécialement). Il en résulte une exploitation en symbiose c'est pourquoi ils sont confiés au même meunier.

En 1447, ces deux moulins font l'objet de grosses réparations qui sont en fait des rénovations.

Les moulins à eau ne sont pas non plus totalement à l'abris des tempêtes, celle de 1551 arrache violemment les toitures de tous les bâtiments. Il faudra remplacer toutes les toitures de chaume.

Vers 1740, il est question de démolir le moulin de Wyngaert mais c'est sans compter sur l'intervention du duc Léopold d'Arenberg. Il va offrir au moulin une autre destination, l'on va y scier des poutres, forer des tuyaux pour les fontaines du parc.

Sources

  • Jean-Christophe Merckx
Outils personnels