Grand Parc

De WikiEnghien.

Le site http://biodiversite.wallonie.be/cgi/sibw.sgib.form.pl?SGIBCODE=283 contient des informations à intégrer sur cette page.

Un chronogramme du parc d'Enghien est consultable ici. Il est à noter que le début de l'histoire est légèrement différente au chronograme. Il est à intégrer dans cette page.

Sommaire

Histoire

GravureEnghien.gif

Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/5/56/Gravure.jpg': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/5/56/Gravure.jpg/400px-Gravure.jpg' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.

Les années se succédèrent mais ne se ressemblèrent pas. Le parc a connu la gloire, mais s’ensuivirent des heures moins riches, qui ruinèrent sa beauté et son prestige. Le parc fut parfois ruiné par les guerres, révolutions et l’intérêt plus ou moins grand que lui portèrent ses propriétaires successifs, mais renaquit sans cesse de ses cendres.

Les premiers aménagements du parc se sont fait au XVème siècle, lorsque Pierre de Luxembourg, Seigneur du lieu, aménage le bois qui borde son château. Il crée un parc qu'il entoure d'un mur de près de 4km de long. A l’intérieur nous y trouvions :

  • des jardins,
  • des vignobles,
  • des pâtures de terres de cultures ainsi que
  • des lieux réservés pour la chasse.

Par la suite, le parc tombe dans les mains de pilleurs et de brigands. Un gouverneur est alors nommé pour s’occuper du bien.

En 1607, le château et ses allentours sont vendu par Henry IV, Roi de France, à une noble famille, le duc Charles d’Arenberg et son épouse Anne de Croÿ. Cet évènement marque le début d’une histoire fabuleuse pour le domaine, alors nommé Domaine d’Arenberg! Il va connaître de nombreuses transformations qui le placeront parmi les plus beaux parcs d’Europe, comme en témoignent de nombreuses gravures de l'époque. Il bénéficiera d’une importante restauration et de transformations conséquentes. La mode des jardins dits à la française marquera l’ensemble des jardins de son empreinte. Le génie et la créativité du Père Charles de Bruxelles (né Antoine, comte de Seneghem, de la famille d’Arenberg) élèveront le parc d’Enghien au rang des plus beaux parcs d’Europe, parmi les œuvres les plus réputées de l’architecture des jardins du XVIIème siècle. Plusieurs séries de gravures (notamment celles de Romeyn de Hooghe – 1645 - 1708) attestent de la splendeur du parc à cette époque.

Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/d/d2/Gravure2.jpg': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/d/d2/Gravure2.jpg/400px-Gravure2.jpg' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.

Dès le début du XVIIème sicècle, de nombreux arbustes sont plantés, des orangers et des citronniers sont commandés. Des serres renommées abriteront une des plus riches collections de plantes qui existaient à cette époque. Et en 1657, des pavillons sortent de terre (façon de parler). Différentes statues sont installées.

En 1803 le parc est affreux. L’occupation française a fait couper tous les bois.

1913, le parc est transformé en plaine d’aviation. Dans la foulée de la première guerre mondiale, le Baron Edouard Empain, industriel et financier important, achète le domaine. Il y construit un château à l’emplacement de l’ancienne orangerie. Amateur de sculptures, il y installe une remarquable collection de statues en bronze et en pierre de France. Parmi celles-ci, on peut rencontrer le Dénicheur d’Aigles de Jef Lambeau, Diane, déesse de la chasse, du sculpteur Houdon, et bien d’autres encore.

1940-1945 Beaucoup de dégâts dans le parc, causé par les envahisseurs allemands, par les libérateurs anglais mais aussi et surtout par les Enghiennoise eux-mêmes lors de la libération! Réquisitionné par les "bochs", le parc était en effet devenu un symbole de l'occupation...

C’est en 1986 que la ville d’Enghien acquit le parc d’Enghien, voté à l'unanimité du conseil communal, sous les aclamations du public. Le prix demandé était de 92.5 millions. La ville ne s'était sans doute pas rendu compte des travaux qu’il faudrait entreprendre pour redonner du prestige au parc, mais entame courageusement un vaste programme de restauration et de mise en valeur. Tout est mis en œuvre pour que le domaine retrouve sa beauté et sa renommée d’antan. Le parc d’Enghien a fait jusqu'à 270 hectares, soit quatre fois la superficie de la ville. Lors des travaux de l’A8 le domaine a perdu une partie de son patrimoine, seul 182 hectares ont été préservés.

Aujourd'hui

Quelques monuments anciens ont subsistés : la porte monumentale d’entrée (1660) autrefois située ailleurs et surmontée de statues d’esclaves. Les pavillons chinois (1720 et 1724), les écuries (1719), le pavillon des sept étoiles (1659), la chapelle Castrale (1845). Une caractéristique de parc d’Enghien est dès lors de présenter une quantité impressionnante de bâtiments d’une très grande qualité, dispersés dans un environnement boisé, sans rapport apparent entre eux, mais formant malgré tout une armonie admirable.

On peut aujourd'hui admirer dans le Grand Parc :

Nature et écologie

Erreur lors de la création de la miniature : convert: unable to open image `/home/titje/www/images/f/f1/Parc.jpg': No such file or directory @ error/blob.c/OpenBlob/2712.
convert: no images defined `/home/titje/www/images/thumb/f/f1/Parc.jpg/500px-Parc.jpg' @ error/convert.c/ConvertImageCommand/3210.

Au fil de l’eau dans le parc d’Enghien... Aujourd'hui encore, l’eau est omniprésente et couvre une importante partie du domaine. La géographie et la nature du sol (principalement l’argile) ont créé naturellement des étangs. Les divers aménagements dans le parc au cours du temps ont mené à la création de 4 grands plans d’eau : l’Etang du Miroir, l’Etang des Canards, l’Etang du Moulin et le Grand Canal. Etang de pêche ou réserve naturelle, chacun d’eux possède un biotope particulier, riche tant par sa faune que sa flore. Une partie de l’Etang du Moulin présente plusieurs variétés de nénuphars. Outre ces étangs, de nombreux bassins et fontaines animent le parc de leur bruissement. Jadis, ils étaient alimentés par un savant réseau hydraulique constitué de châteaux d’eau, de moulins, de machines telles que la machine dite de « Marly ».

La diversité des ensembles végétaux et des paysages qu’offre le parc lui confère un intérêt écologique remarquable. Etangs, zones humides, prairies, bois et bosquets forment une mosaïque de biotopes intéressants. Un programme de gestion adapté a été mis sur pied et vise à protéger leur intégrité dans un souci de conservation du patrimoine naturel. retour haut de page

Sources

Outils personnels