Eglise Saint-Martin

De WikiEnghien.

Article à intégrer

Mis à jour le 7 mai 2008 à 05:45

MARCQ

Le clocher de nouveau à sa place


Le clocher de Marcq a été remis en place. Une opération impressionnante mais nécessaire suite aux travaux réalisés à la toiture de l'église.

Le transport de clochers n'est pas habituel dans nos villages. Pourtant, à Marcq, c'est presque devenu chose courante. En effet, le clocher de l'église Saint-Martin, retiré il y a un peu plus d'un an (mars2007), vient d'être remis à sa place initiale. Un aller-retour dans les airs qui n'est pas passé inaperçu! Il faut dire qu'une des plus grandes grues du marché devait être déployée pour déplacer ce clocher pesant près de 30 tonnes et mesurant 23 mètres. Ce transport ultime marque la fin des travaux de réfection de la toiture. Un chantier assez impressionnant donc mais préféré à la technique dite «de l'échafaudage» pour une question financière.

«Nous devions absolument refaire la toiture de l'église Saint-Martin et de son clocher», explique Olivier Saint-Amand (Écolo), deuxième échevin en charge des Travaux pour la Ville d'Enghien. «Nous avons analysé le problème et estimé les coûts inhérents à chaque façon de faire ces travaux. Il était bien plus avantageux d'opérer cette réfection clocher au sol.»

Il faut dire que ce dossier n'est pas nouveau et a eu le temps d'être examiné en long et en large. «Le dossier de l'église Saint-Martin a été introduit à la Région wallonne il y a tout juste 10 ans (29janvier 1998). Il faut malheureusement beaucoup de temps pour obtenir les subventions. Dès que nous les avons eues, nous avons attaqué le problème en suivant la procédure.» Voilà donc une bonne chose de faite!

Les travaux auront coûté 475000euros dont 60% ont été subsidiés.

Des cloches historiques La mise en place de ce clocher est aussi l'occasion pour beaucoup, de parler de son histoire, mais surtout de ses cloches. «Ici à Marcq, il ne reste que deux cloches», raconte avec passion Louis Barbé, voisin de l'église et responsable de la ferme-musée de Marcq. «La plus petite, nommée Jean-Marie, date de 1820 et pèse 500kg. La seconde, la plus ancienne, est baptisée Martin et son battant mesure 1 mètre 10. Au départ, il y avait trois cloches. Le berceau de la troisième, enlevée par les Allemands en 1914 et jamais réinstallée, se trouve toujours ici à Marcq.» Et cet habitant peut en être sûr car c'est lui qui possède cette richesse patrimoniale chez lui.

Pour Louis Barbé, «le clocher est un doigt qui nous montre le ciel et le son des cloches est la voix des dieux qui nous appellent». Voilà donc un repère essentiel qui rentre à sa place initiale et une fin de chantier qui marque le départ d'une nouvelle histoire.

Audrey RONLEZ

Vers l'Avenir




L'orgue de l'église Saint-Martin

Outils personnels