Balle pelote

De WikiEnghien.

Sommaire

LA PETITE ENGHIENNOISE

1) Quelques infos :

Après une après-midi passée au café de « La Renaissance », voilà que j’ai enfin quelques informations sur le jeu de balle à Petit Enghien.

Ce jeu se passait sur la place mais aussi dans de nombreuses rues. En fait à chaque fois qu’il y avait une kermesse de quartier un ballodrome était improvisé là où l’on avait décidé de livrer une lutte. Mais à partir de 1937 la place est aménagée selon les normes conseillées par la fédération du jeu de balle.

Tous jeunes, de nombreux Petit-Enghiennois s’essayaient à ce jeu dans la cour de l’école. Les équipes de Petit-Enghien évoluaient dans la catégorie « amateur et aligna quelques fameuses équipes.

Les tournois furent disputés avec les équipes d’Horrues, Fouleng, Gondregnies, Uccle,…

Maintenant Petit-Enghien joue toujours à la balle et pour votre plus grand plaisir je vous invite à passer un samedi en saison au café de « La Renaissance » et de partager avec le public et les joueurs une belle après-midi à Petit-Enghien.


2) Quelques Archives :

Dans les archives du club on peut retrouver de nombreuses compositions de leurs meilleures équipes, des affiches annonçant des luttes mais aussi les 12 commandements de la vie ballante :

1. A l’heure tu te présenteras. Equipe complète régulièrement

2. Du beau sport tu fourniras pour le public être content

3. Belle conduite tu auras toute la lutte durant

4. L’arbitre tu respecteras et les experts mêmement

5. Le tamis tu ne dépasseras pour obéir au règlement

6. L’escoudé tu éviteras pour éviter désagrément

7. La main basse tu livreras pour jouer correctement

8. Court repos tu effectueras pour la lutte tenir complètement

9. Perte ou gain tu supporteras sans aucun découragement

10. Le lendemain tu rattaqueras comme on fait nos combats

11. Souvent la victoire te sourireras si tu appliques ces commandement

12. De notre sport ballant tu feras le plus beau des agréments

LA SOCIÉTÉ ROYALE « LES AMIS DE LA BALLE » ENGHIEN

1) Quelques infos :

C’est au début du 20e siècle que naquit sous l’égide de l’administration communale le club d’Enghien. A cette époque l’équipe n’alignait que des citoyens de la commune ainsi les équipes représentaient fièrement leur ville.

Déjà avant la première guerre, les administrations communale devaient serrer les finances, et donc délaissa les équipes. Mais les joueurs ne baissèrent pas les bras et bien vite des comités se constituent.

A Enghien le jeu se déroulait sur la Grand Place. En 1938 J. Pacco, 1e échevin et président du club fit construire un nouveau sol : Une très belle mosaïque de petits pavés qui fut hélas recouvert d’asphalte en 1975.

En 1939 les amis de la balle devinrent une société royale et reçurent une balle du roi, balle en argent qui devait être mise en jeu, mais la guerre éclata et la balle fut emportée lors de l’évacuation.

Après la guerre le jeu devint de plus en plus populaire et pratiqué sur la Grand Place mais également au Vieux Marché.

En 1949, une très belle victoire à Bruxelles lors du « Championnat du Soir » fut remportée par les amis de la balle. Des centaines d’Enghiennois s’étaient rendu sur la place du Sablon pour supporter leur équipe contre celle de Feluy. Le score final après avoir été longuement mené Enghien l’emporta 15 à13. Le directeur de l’usine de St Eloi fit alors exceptionnellement arrêter le dernier train de Bruxelles Tournai à Enghien pour ramener les joueurs et leur supporters qui furent accueillis en héros sur le plateau de la gare… !

En 1954, un joueur phénoménal apparu Blondiau, jouant pieds et mains nues, L’enfant chéri de cette époque resta Marcel Leroy dit « Mach » plus beau petit milieu de Belgique, livreur meurtrier, remettant toutes les balles au tamis, il termina sa carrière à Marcq Pelote.

En 1956 une étoile montante survint, Louis Devroede, grand milieu du tonnerre, joueur Nationale il se défonça l’épaule et évolua alors en provinciale et nationale 2.

En 1957 fut une année faste avec le concours de « la balle du roi » Le représentant du roi remit le trophée à Leon Mathy capitaine de l’équipe d’Enghien championne de Belgique. Mais ensuite la société ne put surmonter ses dettes et fut mise en inactivité la saison suivante. C’est alors que le bourgmestre et président le chevalier Clément de Saint Marcq paya les dettes mais mit la clef sous le paillasson.

C’est en 1959 que deux hommes, Joseph Detrif et Marcel Laghendires entreprirent de redonner vie aux amis de la balle. Une politique de jeunes fut mise en place recrutée joueurs surtout à l’athénée Royal.

En 1964 se constitua un comité définitif. En 1966 les amis de la balle luttèrent pour monter en Nationale 2 mais c’est le club voisin Marc pelote qui monta.

MARCQ PELOTE

1) Quelque infos :

La balle pelote à Marcq a commencé au début du siècle dans le hameau de Labliau, ce n’est que plus tard qu’un comité regroupant Marcq et Labliau fut cré et prit le nom de Marcq-Labliau « Espoir ». Le club Marcq pelote lui fut créer en 1948 suite à la dissolution du comité de Marcq-Labliau


2) Interview :

Intervieuw de Monsieur Jacques Deschuyteneer (joueur et président de 1952 au début des années 1980)

Bonjour, quand avez-vous commencé à jouer à Marcq ?

Après la guerre Marcq s’est séparé de Labliau pour créer sa propre équipe « Marcq-Pelote ». A partir de 1952 j’ai joué à Marcq-Pelote. J’ai commencé à jouer en cadet suivi de junior puis en division 2. Dans le temps c’était souvent les mêmes joueurs qui restaient dans une équipe.

A partir de quand vous vous êtes occupé du club ?

En 1959, je suis devenu vice-président et en 1970 président.

Quel type de président étiez-vous ?

J’ai consacré énormément de temps et d’énergie à faire évoluer le club. Je voulais vraiment plus que tout que Marcq joue en Nationale. J’ai passé plusieurs nuits à négocier de très bons transferts.

Que représente la balle pelote pour vous ?

J’ai eu énormément de plaisir et de satisfaction. La balle pelote était alors au centre du village, c’était une activité qui rassemblait du monde.

A part les luttes il y avait je suppose d’autres activité d’organisées par le comité de Marcq-Pelote ?

Oui, évidemment on devait récolter des fonds. Avant les années septante on organisait une fancy-fair, un Auberbayern, le bal de la balle pelote. Ensuite à partir de ma présidence nous avons organisé tous les ans, durant tout le mois de février, une kermesse aux moules.

Vous organisiez cela durant un mois ?

Oui, il y avait kermesse aux moules tous les w-end de février et le mercredi. Il y avait énormément de monde qui venait, des cars entier venaient de partout pour nos Casseroles de moules, surtout le mercredi on avait énormément de monde car beaucoup de fermiers de la région en rentrant de la foire de l’agriculteur de Bruxelles s’arrêtaientchez nous. Tous les jours on pellait des pommes de terre et on nettoyait des moules. Il y avait également tous les w-end un orchestre qui venait jouer. Nous avons même eu une année Frank Mickaël en concert.

Ou se trouvait le local de la balle pelote ?

Avant il se trouvait au café de Depreter sur le coin de la place, ensuite quand lui a arrêté on s’est installé au Cardinal.

A part l’équipe première est-ce qu’il y avait d’autres équipes ?

Bien évidemment nous avions toujours une équipe de cadets, une équipe de juniors, une D1 ou D2 et alors quand on a joué en Nationale bien évidemment une équipe de Nationale.

Et à présent que reste-t-il ?

Plus rien, après avoir été en national B durant quatre ans début des années 80, j’ai arrêté la présidence. Ensuite le club à dégringolé…pour finir il ne restait plus personne, plus d’équipe.

Et pour finir qu’elle est votre plus grand plaisir à la Balle pelote?

Sans hésiter, je dirais le sacre de notre équipe en 1975. Ils ont été champion de Belgique de division 1.

ANECDOTE

"Enghien était nul à la balle-pelote. L'équipes de jeune de Graty leur a mis un jour 10-0 en 35 minutes pour arriver à temps au match de l'équipe première sur la place de Graty.". G.L. de Graty

BIBLIOGRAPHIE

1) Ouvrages

  • Union des groupements patriotiques de Petit-Enghien, Les cahiers de Petit-Enghien, Tome 4, 2007.
  • Willy VANDEN DAELE, Les enghiennoiseries du Baron.
  • Louis DARBE, Roger DASSELEER, Marcq-Labliau, mon village.

SOURCE

  • Gregory Lebout
  • Merckx Thibaut
Outils personnels